Une puce et ses futilités

Chapitre 2

Posted on: 21 décembre 2006

L’heure du dîner terminée, je me dirige donc à mon cours de mathématiques, qui vois-je donc passer?!? Hé oui, c’est Amélie qui semble se diriger dans le même local que le mien. J’entre donc dans le local 2730 et me dirige directement à ma place dans le fond de la classe sans accorder d’importance à savoir si elle est dans mon cours. Je m’assoie donc à ma place et commence à mettre mon cartable et mes livres sur mon bureau lorsque j’entends:

– Euh, salut! Je crois que c’est toi qui étais avec moi en piscine. Non?

Je me retourne pour vérifier si la voix que je viens d’entendre est bien réel ou si mon esprit commence à me jouer des tours. Nos bureaux sont l’uns à côté de l’autre. On dirait bien que tous les profs se sont donnés le mot aujourd’hui. Je me surprends à lui répondre:

– Ouin, c’est moi la grenouille perdue dans le fleuve!
– Comment ça la grenouille?
– Comment ça? Est drôle celle-là! Tu ne m’as pas vu dans le cours de piscine, j’ai échoué tous les exercices.
– Fais-toi en pas avec ça, moi aussi je n’étais pas capable et je nage aussi comme une grenouille. Alors c’est pour cette raison-là que je t’ai posée cette question. Je ne pensais pas que tu le prendrais mal. Alors pardonne-moi.

Il me semble que la température a augmenté tout à coup!

– Tristan et Amélie, vous parlerez en dehors du cours. Pour l’instant, mes deux tourtereaux, il est temps de suivre.

Seigneur qu’il fait chaud ici, je me croirais en enfer. Il fallait vraiment que mademoiselle Calcul, une fois de plus, rabaisse quelqu’un dans son groupe. Je déchire un bout de papier sur lequel j’écris: «Fais-toi en pas avec elle, elle doit toujours ridiculiser quelqu’un» Je lui tends subtilement, prenant soin que personne ne me remarque.

J’attends patiemment qu’elle me le remette. Je la vois écrire et cela m’intrigue. Elle me le remets donc après cinq minutes qui me parurent un siècle, je l’ouvre et j’y lis: «Je ne m’inquiète pas du tout, je l’avais remarqué aussitôt que je l’ai vu. Mais toi par exemple, on dirait que cela t’a gêné, tu es devenu tomate. Le rouge te va très bien en passant.» Je la remercie pour le compliment, tout en étant un peu mal-à-l’aise.

Le cours continu à ce rythme, nous nous demandons notre acteur préféré, notre groupe musical favori, notre meilleur film et ainsi de suite. Au fur et à mesure que la conversation avance, plus je me rends compte que nos goûts sont semblables. Je crois cette fois qu’Anaïs se retrouve derrière, très loin derrière. La fin du cours approche et juste avant de quitter à la pause, je lui demande:

– C’est quoi ton prochain cours?
– Anglai, je crois que le local est 2670 ou quelque chose comme ça. Et toi?
– Moi aussi! Je crois que nous avons beaucoup de cours ensembles.
– Ouais!
– Tu veux venir avec moi à la pause, en même temps, je te présenterai à Anaïs, c’est une de mes amies.
– D’accord, je te suis.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :